Pèlerins du chemin de Marie-Madeleine

Marlène

« SUR LE CHEMIN DE MARIE MADELEINE
Quelle idée ! Quasi une folie de pèleriner en ce mois de décembre 2022 parce que le soleil se cache vite et qu’il est vrai que même en Camargue et en Provence le ciel peut se déchaîner. J’aurais presque pu me persuader que je randonnais sur les chemins ardennais ! Mais non ! Le mistral pour démarrer et la pluie assez présente ne m’ont pas arrêtée sur ce chemin de Ste Marie Madeleine qui est ma sainte patronne et celle de ma petite-fille. Comme beaucoup de pèlerins, après une bonne nuit, la fatigue est
oubliée, le corps s’est reposé pour repartir avec joie à la découverte des surprises du chemin…
Ce projet trottinait depuis longtemps dans ma petite tête, avec aussi le désir de prendre un temps de prière à la Sainte-Baume. Donc, un Noël à la Sainte-Baume et une messe de minuit dans la grotte avec Marie Madeleine, j’étais comblée ! Ces aléas climatiques m’ont parfois obligée à raccourcir trois étapes : d’abord en prenant le train sur quelques kms, puis à marcher sur la route, faute de visibilité à l’arrivée au col de l’Espigoulier, jusqu’à la Sainte-Baume. Il faut admettre que ces petites épreuves m’ont demandé beaucoup d’humilité en acceptant de ne pas suivre le chemin et en acceptant aussi mes faiblesses physiques. Seule, j’ai donc choisi la sécurité. La vieillesse assagirait-elle la pèlerine ?
Accepter, comment ?
En les offrant au Seigneur car je ne suis pas partie seule mais avec beaucoup d’intentions de prière. Ces difficultés offertes certainement ont porté des fruits …
En arrivant un peu fatiguée chez les accueillants du réseau d’hospitalité qui m’ont apporté tant de chaleur humaine, de réconfort. Je garde beaucoup de bons souvenirs avec chacun d’eux et ne les oublie pas.
En faisant de belles rencontres comme :
À la Bastide de Joncas avec l’association « Comme les Autres » où j’ai croisé des personnes handicapées physiques rayonnantes.
Aux Aygalades près de Marie Madeleine, en ce lieu habité par les 1ers carmes.
À Marseille, deux journées ensoleillées près de la Bonne Mère.
À la Sainte-Baume durant quatre jours : retraite « Noël provençal », groupe d’amis, marches…
À Saint-Maximin chez les sœurs dominicaines et à l’arrivée le face à face avec Marie Madeleine dans la
basilique… émotions fortes qui m’ont rappelé mon arrivée à Compostelle.
En contemplant la nature.
En marchant avec sainte Marie Madeleine, sur ses pas, même si ce tracé est approximatif. La certitude c’est qu’elle a bien cheminé entre les Saintes Marie-de-la-Mer et Saint Maximin, et dans d’autres conditions que le pèlerin du XXIème siècle !
Encore un grand MERCI à vous tous qui m’avez accueillie, conseillée, réconfortée et fait visiter chapelle, bourgs …
MERCI pour votre bienveillance, votre hospitalité, votre disponibilité, votre sympathie …
Dans Les Ardennes il y a aussi du soleil ! Vous serez les bienvenus.
À vous pèlerin(e)s qui allez le parcourir, vous découvrirez que ce chemin bientôt facilité par le balisage, est un CADEAU !
2 février 2023 en la fête de la Présentation du Seigneur au Temple« 

Adeline

« Quand le chemin appelle.
C’est en 2021 qu’au hasard d’une publication sur Facebook témoignant de l’ouverture prochain d’un chemin de pèlerinage dédié à Marie-Madeleine dans le sud de la France, je me fis alors la promesse de marcher dans ses pas un jour ou l’autre.
Octobre 2022, j’entame le chemin avec fougue et joie au coeur. C’est la première fois que je marche ainsi en
itinérance. Je n’ai pas d’attente particulière, simplement la félicitée et la justesse de cette aventure qui me portent.
L’expérience n’en fut que plus belle. À travers les rencontres, des personnes qui m’accueillent et m’offrent le gîte et le couvert, les paysages parcourus, la présence subtile et pourtant si prégnante des saintes que je ressens à mes côtés, c’est un chemin autant d’introspection que d’élévation que j’ai entamé durant ces jours où l’essence même du vivant palpite au corps. Un immense merci tout particulier à Martine et à l’association des saintes et saints de Provence qui m’a permis d’être guidée tout au long du chemin et mise en relation avec des accueillants. Bravo pour cette œuvre que vous menez qui permet aussi de découvrir bien des visages et paysages de cette
magnifique région sud. »

Hospitaliers du chemin de Marie-Madeleine

Estelle : 20m2, la joie d’accueillir en toute simplicité sur le chemin de Marie-Madeleine!

Pour la première fois, j’ai eu le plaisir de recevoir un pèlerin dans mon logement des Saintes-Maries-de-la-Mer autour d’un repas partagé dans la joie et la simplicité, appartement petit mais accueillant. Une belle expérience humaine de partage avec Valérie, des échanges sur notre parcours de vie, un point de départ vers ce chemin de pèlerinage qui débute dans cette belle capitale de Camargue. Comme quoi, la taille d’une maison n’est pas n’est pas un frein à la chaleur du cœur et aux beaux moments de partage qui sont des valeurs essentielles pour l’hospitalier !

Irène

« Irène, ça te dit d’accueillir les pèlerins chez toi ? »

Je n’avais pas réfléchi à ce que ça allait être. J’ai dit oui pour aider.

Quand j’ai commencé à accueillir, je me suis dit « Qui tu es toi, pour avoir à la maison ces belles personnes ? »

On discute, ils racontent leur vie. Ils s’intéressent à la Camargue. Je suis toujours en train de raconter les étangs, le Rhône… Grâce à eux, je redécouvre ma propre Camargue, je raconte ce que me racontait mon père. Toute la Camargue que j’ai dans le cœur me remonte en racontant. Quelle grâce ! Cela me donne une deuxième vie, dans mon veuvage à plus de 70 ans !